Séance 4 – les frontières

Séance 4, 28/03/18 Laura-Jane Duquesney (Paris 4) et Witold Griot (Paris 1)

Entre mythes et réalités : la perception des frontières en Europe centrale et orientale

La façon de percevoir la frontière varie en fonction des langues et donc des pays. Par exemple, les Français et les Allemands ont historiquement des rapports différents à la frontière. Tandis que les premiers voient en celle-ci une barrière (approche linéaire, stato-centrée), les seconds la considèrent davantage comme une zone (approche dynamique, zonale). Ces approches se retrouvent dans l’étymologie : le mot “frontière” ne correspond pas parfaitement à l’allemand “grenze”.

On peut s’appliquer à dresser différentes typologies des différentes conceptions théoriques de la frontière. Une première prendrait comme critère l’inscription de la frontière dans l’espace : on parle de frontière linéaire ou de zone frontalière, selon que l’on veut mettre l’accent sur la fonction d’exclusion ou au contraire d’interdépendance ou d’intégration de la frontière. Une deuxième prendrait en compte le statut de la frontière : limite administrative ou zone de changements de population du point de vue linguistique, religieux. Dans un cas on a affaire à une frontière politique, dans l’autre à une frontière culturelle.[i]

Ce rappel épistémologique sur la frontière met en lumière son caractère souvent artificiel. C’est particulièrement le cas en Europe médiane d’où notre angle d’approche, notre choix d’étudier les perceptions de la frontière et les discours s’y rapportant.

Discours polonais sur les territoires recouvrés

La première étude de cas a porté sur une partie du discours forgé par divers Polonais pour justifier le rattachement à la Pologne des territoires recouvrés en 1945, discours dans lequel la frontière de l’Oder-Neisse, nouvelle frontière germano-polonaise, tient une grande part. L’un des ressorts principaux de l’argumentation polonaise pour justifier cette extension vers l’Ouest est le caractère supposé « naturel » de cette délimitation internationale. Dans le cas de l’Oder-Neisse, les Polonais cherchent à prouver son caractère doublement naturel : géographiquement parlant, puisque la frontière suit le cours de deux rivières ; plus largement, elle est présentée comme « naturelle » au sens où ce serait la frontière occidentale historique de la Pologne. Néanmoins, dans les faits, l’expulsion de nombreux Allemands, les doutes de certaines grandes puissances face à la nouvelle frontière, prouvent bien son artificialité. On va ainsi voir comment, de 1940 à 1961, les Polonais essaient de naturaliser une frontière qui est en fait bien plus politique que naturelle, objet d’un discours idéologique qui l’empêche longtemps de devenir une réalité intégrée dans le vécu des Polonais vivant à proximité. Sa perception évolue ainsi grandement pendant ces années, passant d’une frontière comme front contre l’Allemagne, puis comme trait d’union entre pays socialistes. L’étude de l’adoption de cette frontière par les populations polonaises habitant à proximité, notamment leur long processus d’adaptation à leur nouveau cadre de vie, permet finalement de nous donner une idée du degré de naturalité atteint par la frontière à l’orée des années 1960.

La frontière entre la République de Moldavie et la Roumanie après 1991 et la question de l’identité moldave

L’histoire du territoire qui est aujourd’hui celui de la République de Moldavie se confond avec celle des Principautés danubiennes et de l’Empire russe, de la Grande Roumanie et de l’URSS. Au moment où de la chute des régimes communistes, un rapprochement s’opère entre la Moldavie, passée du statut de république soviétique à celui d’Etat indépendant, et son voisin roumain. Jusque-là réduites au silence, les personnalités roumaines et les moldaves favorables à l’établissement de liens forts, voire d’une fusion entre les deux Etats, font entendre leur voix : pour ces « Unionistes », il faut qu’une unité politique vienne couronner l’unité ethno-linguistique du « peuple roumain ». Au même moment, de simples citoyens forment des « Ponts de fleurs » franchissant la frontière roumano-moldave sur la rivière Prut.

Pourtant, la République de Moldavie figure toujours sur la carte de l’Europe.

Au premier rang des facteurs explicatifs, la pensée moldovéniste, héritière de l’idéologie créée avant-guerre au sein de la République soviétique autonome de Moldavie et antithèse de l’unionisme. Ses partisans fondent sur l’histoire et sur la linguistique pour postuler l’existence d’une identité (et donc d’un Etat) moldave légitime.[i] Premièrement, lorsque l’Etat-nation roumain est fondé au XIXe siècle, les Moldaves de Bessarabie font déjà partie de l’Empire russe, et au XXe siècle, ils font partie intégrante de l’Union soviétique, contrairement aux Roumains qui ne sont qu’alliés.

Deuxièmement, poursuivent les Moldovénistes, les langues moldaves et roumaines ne sont pas identiques, malgré le passage de l’alphabet cyrillique à l’alphabet latin qui souligne depuis 1989 les ressemblances entre les deux langues. Quant aux citoyens moldaves s’ils sont nombreux à demander à un passeport roumain, c’est souvent pour quitter leur pays ravagé par à la pauvreté et travailler en Europe occidentale : l’optique économique figure loin devant l’optique identitaire.[ii]

[i] Heintz, M., « Moldova versus Romania: the cold war of national identities », Romanian Review of Political Sciences and International Relations, vol. II, n°1, 2005, pp. 71-81.

[ii] Arambasa, M.N., « Everyday life on the eastern border of the UE – between Romanianism and Moldovanism in the border area of the Republic of Moldova and Romania », SEER – South-East Europe Review for Labour and Social Affairs, 03/2008, p. 362.

[i] Michel Foucher, L’Invention des Frontières, FEDN, 1986. Michel Foucher, Fronts et Frontières, un tour du monde géopolitique, Fayard, 1988, 1991.